MOT DU PRÉSIDENT

Après plusieurs années de travaux dans le cadre de la Stratégie de développement durable de l’aquaculture en eau douce au Québec (STRADDAQ) pour atteindre, avec succès, les objectifs des nouvelles normes environnementales, la filière aquacole souhaite ardemment reprendre le chemin du développement.

À une certaine époque, qui n‘est pas si lointaine, on ne pouvait imaginer que nous pourrions, un jour, risquer d’épuiser les mers de leurs ressources. Force est de constater que c’est actuellement le cas pour différents stocks de poissons. La population ne cesse d’augmenter et les besoins alimentaires grandissent en conséquence. Une solution durable s’offre à l’humanité; c’est évidemment l’aquaculture. À travers le monde, ce mode de culture se développe à très grande vitesse.

Mais qu’en est-il au Québec? Où nous situons-nous sur ce grand échiquier? L’aquaculture est présente au Québec de façon plus soutenue depuis la fin des années 80. Elle a atteint son pic de production en 1999. Depuis ce temps, la production régresse et tend à stagner. Pourtant, doté d’un grand territoire et d’une eau de qualité en grande quantité dont l’utilisation est maintenant régie par des standards très élevés, le Québec dispose sans contredit d’atouts majeurs pour relancer le développement responsable de cette industrie. L’ensemencement constitue le principal marché et est, à l’heure actuelle, relativement en équilibre. La situation pourrait toutefois changer avec les variations démographiques. Le secteur de la truite de table, quant à lui, dispose d’un large potentiel, puisque le marché québécois est loin d’être saturé.

Sur ce site, nous ciblons les enjeux majeurs et les défis rencontrés par l’industrie et mettons en lumière tous les atouts du secteur. Nous croyons à la force de la concertation et de la mise en commun des problématiques pour trouver des solutions concrètes aux verrous technologiques que nous rencontrons.

L’aquaculture québécoise est une industrie « bleue » qui élève avec passion les poissons dans des bassins terrestres. À la suite des modifications dans sa façon de faire, elle répond aujourd’hui à des normes environnementales extrêmement rigoureuses. Elle propose aux québécois et aux québécoises un produit sain, frais qui constitue une excellente source d’oméga-3. De plus, elle crée des emplois stimulants dans des communautés rurales qui s’en trouvent revitalisées. Nous avons donc toutes les raisons d'être fiers de cette industrie.

Nos défis sont nombreux, mais avec la volonté, l’ingéniosité et la passion des gens qui animent toute la filière, nous pouvons les relever et ainsi créer de la richesse pour le Québec.

Normand Roy, président